« Nous cédons notre chambre d’hôtel à un SDF »

News Image
02 Jan

Voici la suite de l’histoire de Guillaume, un sans-abri que j’ai rencontré à Limoges en France. A travers ce personnage, vrai, vous découvrirez avec moi les coulisses d’une société qui n’accepte plus les siens, simplement parce qu’ils sont pauvres. En cette année 2018, vous lirez sur mon blog, des articles qui vous   inspirent, qui vous donnent un peu de joie, qui vous vivifient, bref qui donnent un sens à notre vie.

Il est 13 heures: je demande à la réceptionniste si un sans-abri peut occuper notre chambre pendant le week-end, en cas de non-remboursement. La réponse est affirmative. Puis je tente ma chance du côté de boking.com.

A ma grande surprise, Solange, c’est son nom, me répond avec gentillesse que c’est possible de nous transférer à Châteauroux, mais elle me met en attente  pour pouvoir aviser l’hôtel de Limoges. Au bout de quelques minutes, elle revient et  me signale  qu’elle est vraiment désolée, car l’hôtel refuse le transfert de la réservation  à un autre hôtel de la même enseigne.

Je lui apprends que cette chaine d’hôtel a par ailleurs accepté du moins d’héberger un sans-abri. Elle rétorque que la réceptionniste lui en avait effectivement parlé. Pour me rassurer, je rappelle l’hôtel et j’annonce à la jeune femme que je vais prendre un taxi et faire le tour du centre-ville de Limoges  à la recherche d’un sans –abris qui va prendre ma place à l’hôtel. Elle répond par l’affirmative.  Ma femme est heureuse d’apprendre qu’une personne sans logement, sans toit, et qui est dans le besoin va nous remplacer  à l’hôtel pour le week-end, plutôt que de laisser notre argent à une multinationale qui en a déjà beaucoup.

« Les SDF ont quitté Limoges  après la défaite du PS »

13 heures 45 : le taxi arrive du centre-ville, et la responsable du bureau de tourisme demande au chauffeur de nous aider à trouver un SDF. « C’est un Limougeaud-nom des habitants de Limoges-il pourra vous aider » nous lance cette grande limougeaude aux allures britanniques. Et c’est parti. En quelques minutes, nous nous retrouvons dans le centre de Limoges. Après 30 ans sous administration socialiste, la ville  est passée  aux mains de la droite.

Depuis mars 2014, un maire issu de ‘Union de la droite (UD), Emile-Roger Lombertie,  s’est installé à la tête de Limoges.  Les Sans-abris, existent, souffrent et survivent, mais  ils sont invisibles. Michel, notre chauffeur de taxi, ironise et nous dit qu’ils sont partis avec le PS.  Les SDF sont sans doute allés se chercher une petite place au chaud, ou d’outres grelottent sous des cartons  qui leurs servent de couvertures.

Devant la gare  de Limoges-Montjovis où ils ont l’habitude de se rassembler, la place est déserte. Nous nous dirigeons vers la mairie, au numéro 9, place Léon-Betoulle. Ils y viennent de temps, nous dit Michel.  Ici ce sont les pigeons qui ont pris la place des SDF, et Michel nous fait remarquer que même ces oiseaux ont besoin d’être au chaud. Je lui réponds qu’ils sont habitués à vivre dehors et qu’ils s’acclimatent aux saisons. Les SDF, eux, ont besoin d’un toit pendant l’hiver, même si Limoges est considérée comme la capitale du feu. (A suivre)

Venuste Nshimiyimana

Share It